formation adr

Nombreuses sont les entreprises qui déplacent des marchandises d’un pays à l’autre. Ces marchandises ne sont pas toutes pareilles, car certaines sont dangereuses et par conséquent, ne peuvent donc pas être transportées de la même manière que celles qui ne le sont pas. C’est la raison pour laquelle la formation dite ADR a été mise en place. Que retenir de cette formation ?

Qu’est-ce qu’une marchandise dangereuse ?

L’ADR signifie Accord for Dangerous goods by Roads en anglais. Il s’agit d’un accord d’Europe qui régit le transport international des fournitures néfastes par voie routière. Une marchandise est définie comme étant dangereuse lorsqu’elle présente des risques à la sécurité de l’homme ou de l’environnement. Sa classification se fait en fonction de plusieurs critères. Les marchandises sont classées selon plusieurs classes.

  • Classe 1 : Matières et objets explosibles
  • Classe 2 : Gaz
  • Classe 3 : Liquides inflammables
  • Classe 4.1 : Matières solides inflammables, matières auto réactives, matières qui polymérisent et matières explosibles désensibilisées solides
  • Classe 4.2 : Matières sujettes à l’inflammation spontanée
  • Classe 4.3 : Matières qui, au contact de l’eau, dégagent des gaz inflammables
  • Classe 5.1 : Matières comburantes
  • Classe 5.2 : Peroxydes organiques
  • Classe 6.1 : Matières toxiques
  • Classe 6.2 : Matières infectieuses
  • Classe 7 : Matières radioactives
  • Classe 8 : Matières corrosives
  • Classe 9 : Matières et objets dangereux

Outre ce classement, chaque fourniture transportée est codifiée. Elle a d’abord, un nom officiel ou commercial et aussi un numéro d’identification international qui lui est attribué : le numéro ONU. Ce dernier complété par certains points du produit (sa classe de danger, son code de classification, son groupe d’emballage, ses dispositions spéciales…) constitue « la carte d’identité » de la marchandise.

La formation ADR : que retenir ?

Acheminer ces produits n’est pas chose aisée. Beaucoup de règles et normes doivent être respectées et suivies à la lettre, en passant par des moyens en transport adaptés, des citernes, des emballages agrémentés, des étiquetages jusqu’à la signalisation appropriée. De plus, chaque transporteur doit respecter des modalités du transport touchant le chargement et le déchargement de ces produits.

Il doit donc être alors titulaire d’un certificat de formation. Il est valable pour 5 ans et doit être renouvelé avant sa fin de validation. Il est délivré par un organisme agréé par l’État. Sa formation doit d’abord reposer sur les règles de stockage de produits néfastes avec au besoin des supports pédagogiques et des cours pratiques. Ensuite, sur les risques chimiques.

L’objectif de la formation est donc de permettre au chauffeur d’acquérir les bases indispensables au transport routier des matières nuisibles. Aussi, la formation vise à permettre à l’élève de comprendre les exigences de l’arrêté ADR, de comprendre les différentes implications du transport en étant sensibilisé par rapport aux risques. Ce faisant, les risques d’accident sont minimisés.

En cas d’accident, le chauffeur qui a été formé sera en mesure de prendre les mesures nécessaires pour sa sécurité, celle du public et celle de l’environnement. Il pourra également limiter les effets de l’accident. Les formations ADR complètent les formations exigées par le Code du travail, qui lui-même met en exergue d’autres exigences pour que les salariés soient formés sur les risques, la santé, la sécurité et les mesures qui auront été prises.

En somme, toute personne intervenant dans le déplacement de ce genre de fournitures doit suivre une formation 1.3 ADR prenant en compte les spécificités de l’entreprise par rapport à leurs responsabilités et à leurs tâches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *